Mais ne suffit-il pas que tu sois l’apparence,
Pour réjouir un coeur qui fuit la vérité ?
Qu’importe ta bêtise ou ton indifférence ?
Masque ou décor, salut ! J’adore ta beauté.

Charles BAUDELAIRE (1821-1867)